Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création

Le Musée National de l'Histoire et de la Culture Afro-américaine

Chicago 15.02.2017 Juan Pablo Pezzi Translation of: Jpic-jp.org

Ce musée (NMAHC pour son sigle anglais) a été inauguré par l'ancien président Obama le 26 Septembre 2016 et raconte le long chemin des esclaves africains dans leur recherche d'auto conscience, de dignité et de liberté en tant qu'êtres humains.

« En dessous de nous, ce bâtiment descend à plus de 21 mètres - dit Obama à l'ouverture de son discours -, ses racines s'étendent bien plus largement et profondément que celles de tout arbre ; à son niveau le plus bas, après avoir passé à côté des restes d'un navire négrier, après avoir réfléchi à la déclaration immortelle que tous les hommes sont créés égaux, on peut voir un bloc de pierre ». Un bloc sur lequel on vendait les esclaves.

Le bâtiment, couvert de 3 600 dalles, évoque une couronne africaine, est un hommage au travail des esclaves et protège un espace réel d'expositions de près de 8 000 m2. Le bâtiment s'inspire  de l'art des Yoruba, de la Nouvelle Orléans, de la diaspora et des Caraïbes. Ce musée, « nous aide à mieux comprendre la vie du président, bien sûr, mais aussi de l'esclave ; de l'industriel, mais aussi du concierge ; du défenseur du statu quo, mais aussi du militant qui veut changer ce statu quo ; de l'enseignant et du cuisinier et en même temps la vie de l'homme d'État. Connaître ces histoires si différentes, nous apprend à mieux nous comprendre nous-mêmes et à mieux comprendre les autres », a déclaré Obama. Le musée, « Le voyage d'un peuple et l'histoire d'un pays », nous dit que « L'expérience afro-américaine est la loupe qui permet de comprendre ce que signifie être  américain ».

Un musée ne peut pas conter l'avenir. Cependant, après les trois galeries souterraines qui parlent de l'histoire - De l'esclavage à la liberté, L'ère de la ségrégation, Le changement en Amérique - le musée continue en surface avec trois autres étages - Explorer encore plus, Les communautés de vie, La Culture - et tente de jeter un regard sur l'avenir. « L'histoire racontée correctement est une bonne base pour le présent et pour un avenir meilleur » (John Hope Franklin).

Obama, le premier président américain noir, a ouvert le musée en donnant la main à Ruth, une femme de 99 ans descendante d'un ancien esclave du Mississippi. Ensemble, ils ont sonné la cloche appartenant à la Première Eglise Baptiste de Virginie, qui, il y a désormais un siècle et demi, annonça le jour de l'émancipation. Avec ce geste, il voulait signifier que la page d'histoire de l'esclavage avait été tournée. Malheureusement, la réalité est encore différente. « Un musée à lui seul ne soulage pas la pauvreté cachée dans les villes ou dans les zones rurales. Il ne supprime pas la violence des armes dans tous nos quartiers, ni ne veille à ce que d'un coup la justice ne regarde plus la couleur de la peau. Il n’efface pas non plus tous les cas de discrimination dans les  entretiens d’embauche ou dans les sentences des tribunaux ou lorsque les gens essaient de louer un appartement. Ces choses dépendent de nous, des décisions que nous prenons et des choix que nous faisons. Elles exigent qu'on en parle, qu'on s'organise, qu'on fasse le choix lorsqu'on vote», a reconnu Obama dans son discours. Pour en savoir plus lire  et aussi ici.  Intéressant ceci: Catholic stories emerge et pour voir d' autres belles photo ici

Laisser un commentaire