Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création
Justice, Paix, Intégrité<br /> de la Création

Le monde brûle

Roma 23.06.2017 IPS World Desk Translation of: Original & Jpic-jp.org

Les températures élevées s’étendent sur une grande partie du globe et de plus, une température beaucoup plus chaude est à venir. Cela implique plus de sécheresse, plus d'insécurité alimentaire, plus de famine et des déplacements humains plus massifs.

En effet, des températures extrêmement élevées en mai et en juin ont battu le record dans des régions d'Europe, du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord et des États-Unis, selon l'Organisation météorologique mondiale (l'OMM), ajoutant que les vagues de chaleur sont arrivées exceptionnellement tôt. En même temps, les températures mondiales moyennes de la surface sur la terre et la mer sont les deuxièmes plus importantes enregistrées pour les cinq premiers mois de l’année 2017, selon les analyses de l'Administration nationale des océans et de l'atmosphère (ANOA), de NASA-Goddard Institute for Space Studies et du  Centre européen de prévision météorologique a moyenne portée du service de changement climatique de Copernic.

Europe

Au Portugal, des températures extrêmement élevées d'environ 40 degrés Celsius ont contribué à la gravité des incendies de forêts dévastateurs qui ont dévasté la région forestière de Pedrógão Grande, à environ 150 kilomètres au nord-est de Lisbonne ; laissant des dizaines de morts et encore plus de blessés.

L'OMM le 20 juin, a également signalé que le Portugal n'est pas le seul pays européen à avoir des effets météorologiques extrêmes, alors que l'Espagne pays voisin - qui avait son plus chaud printemps depuis plus de 50 ans - et la France ont connu des températures record. Ce dernier pays devrait continuer à avoir les températures d'après-midi supérieures  de 10 degrés par rapport à la moyenne pour cette période de l'année.

Pendant ce temps en Espagne, le printemps (du 1er mars au 31 mai 2017) a été extrêmement chaud, avec une température moyenne de 15,4° C, soit 1,7° C au-dessus de la moyenne de cette période (période de référence 1981-2010), informe l’organisme spécialisée de l'ONU. Beaucoup d'autres parties d'Europe, y compris le Royaume-Uni, ont également observé des températures supérieures moyennes de 30-35 degrés.

États-Unis

De l'autre côté de l'Atlantique, les États-Unis connaissent également une chaleur record ou presque record, a rapporté l'OMM. Dans certaines parties au sud-ouest du désert et de la Californie, les températures ont atteint près de 120 degrés Fahrenheit (49 degrés Celsius).

Les rapports des médias du 20 juin ont suggéré que le trafic d’arrivées et de départs d'avions avait été arrêté à l'Aéroport International Phoenix Sky Harbor en Arizona parce qu'il faisait trop chaud pour voler. Les annulations de vol se sont déroulées au cours de l'un des jours les plus chauds des 30 dernières années connues aux Etats Unis. Une chaleur record à enregistrer a également été signalée dans le désert du sud-ouest des États-Unis et en Californie, avec des pics de près de 120° F (49° C) par endroits. Plus de 29 millions de Californiens ont fait l'objet d'un avertissement pour chaleur excessive ce même week-end. Phoenix a enregistré 118° C (47,8° C) le 19 juin. Et le Death Valley National Park en Californie, a émis des avertissements aux visiteurs qui devaient s’attendre à des températures élevées de 100° F à plus de 120° F (38° C à plus de 49° C). Death Valley National Park détient le record du monde pour la température la plus élevée de 56,7° C enregistrée en 1913.

L’Afrique du Nord, Moyen-Orient et l’Asie

Pendant ce temps, la température dans les Emirats Arabes Unis a atteint 50° C le 17 mai, alors que dans le centre de la province de Kuzestan en Iran au sud-est du pays, en Irak pays voisin; les températures atteignaient 50° C le 15 juin, a déclaré l'agence spécialisée des Nations Unies. La vague de chaleur au Maroc a atteint son sommet le 17 mai, alors qu'il y avait un nouveau record enregistré à la station de Larache de 42,9° C au nord du Maroc. Les températures élevées de juin suivent des températures supérieures moyennes dans certaines parties du monde vers la fin mai. La ville de Turbat au sud-ouest de Pakistan a signalé une température de 54° C. L'OMM mettra en place un comité international d'experts pour vérifier la température et évaluer si elle correspond à la température déclarée de 54° C; ce qui fut enregistrée au Koweït en juillet dernier.

Un record de déplacements sans précédent.

Pendant ce temps, le monde a marqué un nouveau record inhumain: une personne déplacée toutes les trois secondes. Près de 66 millions de personnes ont été déplacées de leur domicile l'année dernière, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans son rapport Global Trends, publié avant la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin.

Le chiffre équivaut à « une personne déplacée toutes les trois secondes »,  moins que le temps nécessaire pour lire cette phrase. Un tel record de déplacements humains sans précédent n'est pas seulement dû à des conflits. En fait, l'avancement des sécheresses et de la désertification est également à l’origine de ce « tsunami » de personnes déplacées à la fois hors de leur propre pays et dans leur propre pays d'origine.

Sur ce, La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) à l’occasion de La Journée mondiale de lutte contre la désertification (JMLCD), le 17 juin, a alerté que d'ici 2025, dans moins de 8 ans, 1,8 milliard de personnes feront l’expérience d’une pénurie totale d’eau et les deux tiers du monde vivront dans des conditions tendues pour l'eau.

Maintenant, on craint que l'avancement de la sécheresse et des déserts, le manque croissant d’eau et la diminution de la sécurité alimentaire provoquent un énorme « tsunami » de réfugiés climatiques et de migrants. (Voir La Marche de la sécheresse implacable, ce cavalier de l'Apocalypse). Monique Barbut, la secrétaire exécutive de la CNULCD, a rappelé que les régions exposées à la sécheresse et le manque d’eau dans le monde sont souvent les principales sources de pollution. « Ni la désertification ni la sécheresse ne provoquent des conflits ou des migrations forcées, mais ils peuvent augmenter le risque de conflit et intensifier les conflits en cours », explique Barbut. (Voir : Moyen-Orient: la sécheresse peut transformer les gens en migrants eternels, se nourrir de l'extrémisme ? )       

Une menace urgente, potentiellement irréversible

Parallèlement, l'agence principale des Nations Unies dans les domaines de l'agriculture a émis de nombreux avertissements sur les énormes impacts que les sécheresses ont sur l'agriculture et la sécurité alimentaire, avec les communautés rurales pauvres parmi les victimes les plus touchées.

Le 20 juin, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a signé un accord avec l’OMM visant à approfondir la coopération pour répondre à la variabilité climatique et au changement climatique. Ce qui représente une approche urgente et efficace pour aider à atténuer les effets des vagues de chaleur en cours et une menace potentiellement irréversible pour les sociétés humaines, les écosystèmes naturels et la sécurité alimentaire.

Grâce à ce travail commun, les deux organisations travailleront à renforcer les services agro-météorologiques et à les rendre plus accessibles aux agriculteurs et aux pêcheurs. Et aussi améliorer le suivi mondial et régional pour l'alerte précoce et la réponse à des événements à fort impact comme les sécheresses.

Cet accord a été signé le 19 juin par le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, et le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, en marge d'un séminaire international sur la sécheresse organisé par l'Iran, les Pays-Bas et la FAO à Rome. « Économiser les moyens de subsistance signifie sauver des vies, et cela est le but de construire la résilience après tout », a déclaré Graziano da Silva.

Rappelant la sécheresse de 2011 en Somalie qui a vu plus de 250 000 personnes périr par la faim, il a déclaré: « Les gens meurent parce qu'ils ne sont pas prêts à faire face aux effets de la sécheresse et parce que leurs moyens de subsistance ne sont pas suffisamment  assurés ». « Depuis des années, la focalisation se porte sur les sécheresses lorsqu'elles se produisent, les secouristes se précipitent pour fournir une aide d'urgence et pour garder les gens en vie », a-t-il dit, tout en notant que si, bien sûr, c'est important, l'investissement dans la préparation et la résistance est essentiel.

Photo. Une vue des navires rouillés et abandonnés à Muynak, en Ouzbékistan, une ancienne ville portuaire dont la population a diminué très rapidement avec la récession rapide de la mer d'Aral. Credit: UN Photo/Eskinder Debebe

Source: http://www.ipsnews.net/2017/06/the-world-is-burning/

Laisser un commentaire